Un Cheminement

« Accompagner l’autre, être avec l’autre, s’engager pour lui tout en se préservant est un art, qui mérite d’être soutenu, entouré et valorisé. »

Ce projet est né de ma pratique de psychologue dans divers établissements médico-sociaux, aussi bien auprès d’enfants que d’adultes. Le rôle du psychologue est le plus souvent imaginé auprès des patients, mais j’interviens aussi auprès des équipes où il y a un vrai rôle à jouer : celui de soutenir les acteurs du quotidien, qui sont sur le terrain. Et c’est riche et passionnant !

Depuis plus de 10 ans, j’accompagne les équipes sur ce chemin. Avec le temps, j’ai mûri ma pratique avec la conviction de plus en plus forte qu’il faut pouvoir nourrir les acteurs de terrain pour qu’ils puissent à leur tour soutenir, dans la continuité, les adultes ou les enfants qu’ils accompagnent dans des parcours souvent douloureux.

Soutenir, c’est prendre en compte, c’est reconnaître le travail effectué, la qualité de l’engagement et valoriser ces pratiques souvent silencieuses.

Accompagner l’autre, être avec l’autre, s’engager pour lui tout en se préservant est un art, qui mérite d’être soutenu, entouré et valorisé.

J’ai la chance de travailler dans une crèche depuis son ouverture, il y a 4 ans. C’était la première fois que j’intervenais dans un lieu où la maladie, quelle qu’elle soit, n’est pas ce qui nous réuni. La première fois donc que je travaillais dans une structure où le public accueilli va, a priori, bien.

Présente un jour par semaine sur la crèche, j’ai choisi, soutenue par l’équipe et la directrice, de me centrer sur l’équipe en partant du principe qu’en lui transmettant, au-delà d’un apport clinique, confiance et bienveillance, elle pourrait à son tour l’offrir aux enfants.

Depuis 4 ans, nous travaillons ensemble à co-construire un environnement contenant et solidaire qui soit un nid pour grandir suffisamment doux pour les enfants.

Avec l’équipe, j’ai été surprise et émerveillée d’observer à quel point cette attention donnée transforme les relations et le climat. Encore plus, à quel point cela se transmet et s’étend par capillarité.

La crèche reste un microcosme. Je me suis alors dit, pourquoi ne pas aller plus loin?

Forte de cette expérience et de son impact, je suis convaincue qu’un tel travail dans les écoles peut transformer les vécus de tous les protagonistes, adultes et enfants, toujours en partant des entoures (les adultes) pour arriver au coeur (les enfants).

Il s’agit de poursuivre l’idée que le contenant transforme le contenu. En effet, c’est notre rôle d’adulte d’offrir à nos enfants un environnement dans lequel ils puissent se déployer pleinement.

Nous sommes cet environnement.

Aujourd’hui, nous savons ce dont un enfant a besoin pour grandir sereinement : outre les besoins primaires et  vitaux ; pour devenir pleinement soi, un enfant a besoin de se sentir accueilli dans toutes les émotions qui le traversent, un enfant a besoin d’apprendre à comprendre ses émotions afin qu’elles puissent prendre sens et se transformer en es-sens-e, moteur de la Vie.

Voilà ce que nous savons, mais ce chemin ne peut se faire seul.

Nos enfants sont le monde de demain, ils sont notre à-venir et nous sommes les guides d’aujourd’hui.

Il nous faut leur montrer le chemin, celui qui permet d’avoir confiance en soi, de se bâtir une identité solide qui permet de faire des choix avec discernement, responsabilité et engagement.

Pour pouvoir offrir cette attention, il faut avoir la chance de l’avoir reçue sur sa route. Malheureusement, ce n’est pas souvent le cas.

C’est ma proposition pour les guides d’aujourd’hui : leur permettre de retrouver, consolider ou construire en eux confiance et bienveillance afin de transmettre ces valeurs à leur tour, entre eux et autour d’eux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *